AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Desespoir.

Aller en bas 
AuteurMessage
Torrasque
Fou Noir de la Folle Noire
avatar

Nombre de messages : 659
Age : 31
Localisation : Quelque part, dans l'ombre...
Clan : † L'ECH!QU!ER † +Black Parts+
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Desespoir.   Mer 2 Juil - 16:03

Foutue journée, foutue nuit...

Torrasque n'arrivait pas à contenir sa peine. Cela devait maintenant faire une heure qu'il courait au coeur des ténèbres de la nuit tombante. Il avait traversé un bois, une plaine...

Il s'était dit qu'il stopperait sa course lorsque son chagrin se serait quelque peu estompé, mais il était certain qu'il pourrait parcourir le monde ainsi...

Puis, au bout d'un moment il stoppa. En fait il y était obligé, car il était au bord d'un ravin profond. Un ravin qu'il connaissait, pour y avoir vécu quelque chose de fort...


Noir...

C'est ici qu'il l'avait vue pour la première fois... Lorsque son amour s'était suicidé. Il l'avait soutenue, il l'avait aidée dans son désespoir, et ramenée en lieu sur. C'est ainsi que tout avait commencé, entre elle et lui.

Entre la Folle et le Fou.


Jesskida...

Torrasque s'assit sous ce grand chêne qui n'avait pas bougé. tout cela lui semblait s'être déroulé la veille, et des souvenirs lui revinrent... Il ne chercha pas a les refouler.

Il y avait eu ce... sauvetage... Puis cette discussion, si on puit dire ainsi, qui avait abouti à un changement de couleur, qui avait déterminé sa destinée en ces terres. Non, non, il e pourrait jamais oublier ça...

Un peu plus tard dans la soirée, Jesskida l'avait contacté, pour lui signifier que c'était la fin... Choqué, il l'avait accompagnée jusqu'au dernier moment, et elle lui avait légué tout ce qu'elle possédait. Au fur et à mùesure qu'elle lui donnait les objets qui pour la plupart lui appartenaient jadis, il revit d'anciens souvenirs faire surface...

Les carnages à deux, la provocation, les déclarations de guerre, les fiancailles... Tout autant de choses que plus jamais il ne verrait...


Pou... Pourquoi m'as tu abandonné...

Il portait désormais la petite bague en guise de pendentif, près de son coeur, et il ne la quitterait plus... C'est comme si quelque chose s'était brisé en lui, même si son corps restait intact. Comme si une partie de son âme avait disparue.

Une larme tomba sur la petite pierre scintillante.

Jamais, jamais Torrasque ne s'était senti aussi bien qu'avec elle, il le savait. Et plus jamais cela n'arriverait. Les choses sont ainsi, tout à un début, tout a une fin.

Il était désespéré, et s'approcha du bord de la falaise. Instinctivement, la lame sombre qu'il portait à son bras se développa, comme pour le soutenir... Comme si elle avait une volonté propre. Mais il savait qu'en fait elle n'était qu'une partie de lui même; une arme ne faisant qu'un avec son coeur. Sa lame repirait la même tristesse que son porteur, et elle ne luisait pas vraiment comme d'habitude.

Puis... Quelque chose que Torrasque n'aurait pas pensé possible se produisit. La lame lui sembla glisser le long de son bras... Et s'en détacha. Le Fou regarda avec horreur son arme liée le quitter, impuissant. La flamme sombre semble se concentrer en une sphère, et elle s'arrêta quelques mètres devant lui, au dessus du vide, innacessible.


Qu'est-ce que...


Puis, une voix retentit au sein des ténèbres. Une voix profonde, douce... Une voix de femme. Une vois qu'il avait entendue, pour la première fois, lorsqu'il avait obtenu la lame.

Bonjour à toi, Fou Noir d'un Echiquier révolu.

Cette voix pénétra chacun des cellules de l'homme. Jamais il n'aurait pensé possible que la Déesse quitte les enfers pour se matérialiser en ces lieux. Il s'agissait de la Dame Sombre, déesse des ombres, qui, au terme de l'épreuve qu'il avait du subir en compagnie de son frère, les avait dotés d'armes sombres dont la puissance dépassait l'entendemen. Elle lui répondit comme si elle avait lu en ses pensées.

Si je suis en ces lieux, c'est qu'il s'est passé ce soir une chose importante pour toi, une chose qui boulversera ta vie, et ce que tu es... Tu es enfin pret.

Il n'en croyait pas ces paroles. Lorsqu'elle lui avait cédé la Lame Sombre, elle lui avait expliqué qu'il ne disposait pas de toutes les qualités nécessaires pour la manipuler sous sa forme physique. C'est pourquoi elle avait pris naturellement la forme d'une flamme, s'adaptant à ses besoins. Visiblement... Il était temps. Il lui répondit d'un ton peu assuré.

Mais... Pourquoi... Pourquoi maintenant ? Qu'est ce qui a changé ? Je me suis entrainé, oui, mais...

...mais l'entrainement ne fait pas tout, répondit-elle. Un homme peut être pourvu de la plus grande force, penses tu qu'il sera pour autant invincible ?.. Non. Non, car sans la maitrise, la puissance est inutile. La valeur d'un guerrier ne dépend qu'en partie de sa force, le reste est fait de ses sentiments, de sa perception du monde... De son... âme.

Mon âme... Est maintenant détruite...

-Nous ne pouvons commencer ainsi. Si tu veux comprendre, je dois t'apprendre l'origine de cette lame. Son passé est chargé.

Elle fut forgé jadis, en d'autres terres, par un forgeron elfique aux qualités uniques, le forgeron de l'Ombre, pour deux jumeaux servant le mal... Alors que l'un d'eux a continué sur cette voie, l'autre a décidé de vivre par lui même, abandonnant les forces obscures pour une relative liberté... Ce demi elfe a peu à peu fait sa vie, et a rencontré une demoiselle, qui a fait de lui un vampire, de par sa morsure... Il revint donc aux ténèbres, mais trouva un moyen de contenir magiquement sa soif de sang, et il pouvait continuer de vivre paisiblement son existence, en dehors des luttes manichéennes...

-Hmmm... Il ne vivait que pour son aimée ?

-Oui. En dépit des lutets environnantes, ils chassaient ensembles des proies, plus pour s'amuser que pour autre chose... Ils semaient le chaos... Oui, un peu comme toi et Jesskida, si tu veux... Mais une fois encore, le bonheur ne fut pas éternel, et un jour, icet homme retrouva son aimée dans une marre de sang... Son désespoir fut terrible, et il voulut se donner la mort... Mais les dieux ne le laissèrent pas faire, et lui donnèrent une seconde chance de vivre. Sa lame, qui, bien qu'étant d'une constitution exceptionnelle ne présentait aucune autre caractéristiques, fut imprégnée du pouvoir des ombres et de la justice, et son porteur fut pourvue d'ailes noires.

Dès lors, il vécut seul. Ange de l'ombre, son destin était de réguler les flux entre le Bien et le Mal. Lorsqu'un camp prenait le dessus, il combattait pour l'autre, aidant ainsi à préserver cette lutte... Il fut désormais connu sous le nom de Gardien de l'Equilibre.


Torrasque avait du mal à tout assimiler, aussi la déesse marqua une pause. Les méninges du Fou fonctionnaient à toute allure, et il commencait à entrevoir l'horrible vérité. C'est pourquoi il posa la question suivante

Comment cet homme est-il mort ?..

La déesse soupira, mais elle devait continuer son récit.

Personne ne le sait réellement. La lame m'est revenue à sa mort... Mais il est mort de désespoir... Je ne puis te cacher la vérité plus longtemps... Tout coup qu'il portait avec la lame lui faisait ressentir au plus profond de lui même la douleur. Une douleur lancinante et atroce, celle qu'il a ressenti en perdant son aimée...

Torrasque avait lui aussi saisi. Pourquoi il pouvait maintenant porter cette lame... Lui aussi, venait de perdre la seule personne qu'il pouvait aimer...

Cette lame m'appartient donc... Car je devais perdre mon âme un jour ?..

- Fou Noir... Certaines choses, comme je te l'ai dit, ne relèvent pas de la force. Cette lame fut donnée à l'ange, car il avait perdu tout espoir. Dans cette optique, n'ayant plus aucun intérêt pour le monde, il ne pourrait utiliser la lame à un quelconque profit. Voil pourquoi les dieux ont pris cette décision...


Torrasque demeura silencieux. Si quelques instants auparavant, il avait été heureux de pouvoir enfin manipuler la Lame sous sa forme physique, il aurait maintenant voulu la voir le plus loin possible de lui... Elle lui apporterait une puissance considérable, mais la contrepartie lui serait fatale...

- Il est temps que tu acquérisses ta réelle puissance, Fou Noir... Puisse ton âme être assez forte pour en supporter la douleur...

La déesse posa lentement la main sur la petite sphère qui se trouvait devant elle. Celle si sembla se tordre, puis lentement s'allonger. Torrasque vit lentement apparaitre une garde fine, noire, extrêmement travaillée, puis une lame... Dont la longueur était impressionnante. L'épée prit la forme d'un long katana à la lame sombre, incrusté de runes.

Il est temps que le pouvoir de cette lame soit de nouveau libéré. Tu pourras en user comme bon te semble. Elle a porté de nombreux noms dns des légendes diverses. Elle fut jadis nommé Hathôl En Myrn, Lame de l'Ombre, avant qu'elle prenne sa pleine puissance. Elle a ensuite prit une autre appellation, mon npropre nom, car c'est moi qui l'ai révélée...

Le sabre s'avanca, et Torrasque put le prendre. Il le dégaina, et put apprécier la finesse de la lame, qui était telle qu'on ne pouvait en distinguer le fil.

Je te présente Tiamat, Lame de la Dame Sombre.

Elle était étonnament légère pour sa taille. Torrasque ne put s'empêcher de faire quelques passes. Chaque coup laissait derrière lui une trainée de ténèbres... Puis l'homme s'écroula, ressentant une douleur monstrueuse au plus profond de son coeur. La déesse s'expliqua.

Tel est le destin de son porteur, et tu vas devoir t'y faire... A chaque coup que tu porteras, tu ressentiras au plus profond de toi même la douleur que tu as éprouvée, en perdant celle que tu as aimé plus que tout. A chaque âme que la lame prendra, tu perdras une partie de toi même... C'est un véritable fléau, mais tu n'as pas le choix...

Torrasque revit Jesskida, et se mit à pleurer doucement. Il allait devoir revivre sa perte, jusqu'au restant de ses jours... Il allait devoir souffrir de tuer, et seul sa fureur lui permettrait de tenir... Il rengaina Tiamat, et la déesse s'exprima de nouveau.

Je n'ai plus grand chose à te dire, et je vais devoir retourner d'ou je viens. Tu as visiblement besoin d'encore un peu de temps pour t'accoutumer à la douleur, mais le moment venu, tu pourras en faire une force. Ta force. Peu à peu, tu découvriras les nombreux secrets de cette épée... Elle n'est pas si différente d'auparavant, dans la mesure ou elle n'a pas de forme précise... Tu peux faire appel à elle comme bon te semble, sous la forme qui te parait la plus adaptée. Elle se pliera entièrement à ta volonté, si tu en payes le prix...

Torrasque, agenouillé à terre, continuait de pleurer. Son esprit était assez dérangé pour qu'il ait à porter ce fléau, mais, malgré tout, une lueur apparut en son esprit. Si cette lame le détruirait, en contrepartie, elle lui rapellerait à jamais sa moitié. A chaque coup porté, ce sera un peu comme si il était avec elle, même si cela devrait être dans la souffrance. Ainsi, Jessika serait toujours en quelque sorte... avec lui.

J'ai une dernière question... Comment... Comment se nommait cet homme, transfiguré en ange ?.. Quel était le précédent porteur...

La déesse avait déja commencé à disparaitre, et elle lui souffla la réponse.

Son nom était Raziel... L'archange de la rédemption et de l'équilibre. Sois fort, Fou Noir...

Tels furent ses derniers mots, et la réalité s'abbatit sur Torrasque.

Désormais, il était seul. Et le resterait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Desespoir.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport de bataille Nécron (Cypher) V.S GI (Crazy Boby) 3000pts
» Sous l'arbre du désespoir, coule ses larmes [ PV ]
» Le lycee Breda au Cap: entre desespoir et espoir
» En désespoir de cause [Kyky] TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Marche de † L'ECH!QU!ER † :: Bibliothèque.-
Sauter vers: